• 50 ans de photos !

    Mon premier appareil, argentique, était un Instamatic 100 de Kodak, offert par mes parents en 1964.

     Instamatic 100

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                Document Kodak 

     

     

     Il n'avait aucun réglage (ni mise au point, ni exposition) mais bénéficiait d'un petit flash automatique. Il fonctionnait avec une mini-cassette contenant un film de 12 ou 20 poses à avancement manuel. et bien sur, on portait la cassette contenant le négatif chez Kodak pour obtenir des épreuves papier. J'ai fait des photos de famille et quelques paysages avec. Je ne sais pas ce qu'il est devenu.

    En 1976, nous avons acheté un reflex Olympus OM-2.

    C'était un très bel appareil, léger, très perfectionné, d'un mécanisme indestructible. Visée reflex à vision totale, mesure de l'exposition sur le film, obturateur électronique (jusqu'à 1/1000ème) et une gamme d'objectifs de grande qualité.

    Après avoir bourlingué dans plusieurs parties pas forcément très hospitalières du globe terrestre, avoir déclenché un nombre incalculable de fois (quand je considère les nombreuses boites de négatifs et les mètres cubes de diapos... ) il est toujours en état de marche, à condition de trouver une pile qui lui convienne. Je l'ai donné à un collectionneur en 2015.

    Olympus OM-2

    Il était accompagné d'un Zuiko 50 mm- 1:1,8 comme objectif principal, mais aussi un Zuiko 28 mm- 1:1.3,5 et aussi un zoom Tamron 85-210 mm ouvrant à 1:4,5 avec position macro. Et aussi un flash Olympus NG 36, un trépied, une batterie de filtres Cokin.

    J'ai eu du mal à passer au numérique, tellement je me sentais à l'aise avec mon OM-2.

    Pourtant, en 2008, nous avons acheté un Olympus E-510, appareil numérique grand public, accompagné du kit de base ED 14-42 mm 1:3,5-5,6 & ED 40-150 mm 1:4,0-5,6.

    Il faut savoir que Olympus fonctionne avec des capteurs de taille 4/3, ce qui a pour avantage la taille réduite et l'équivalence focale multipliée par 2. Ainsi, 14-42 est équivalent 28-84... Les inconvénients sont la plus grande difficulté à obtenir un bokeh correct à cause des différences de gestion de la profondeur de champ et aussi une plus grande difficulté à monter en isos, en tous cas pour les capteurs les plus anciens.

    C'était un départ presque à 0. J'ai longtemps fonctionné en tout automatique et JPG direct.

    Olympus E 510

    L'ensemble a été rejoint un peu plus tard par un ED 70-300 mm  1:4-5,6 avec position macro. Rappelons qu'il s'agit donc d'un équivalent 140-600 mm !

    C'est à ce moment là que j'ai recommencé à m'intéresser réellement à la photo ! Je n'arrivais pas à obtenir ce que je voulais avec cet ensemble. Il s'agit pourtant d'un appareil plein de qualités pour peu qu'on ne lui demande pas de monter au-dessus de 400 isos. Il est léger, stabilisé, facile à utiliser. Anne n'a pas voulu s'en séparer et aujourd'hui, c'est son appareil principal. Et je trouve qu'elle se débrouille plutôt bien   cool Elle utilise principalement le bon 40-150 (équivalent 80-300) qui lui permet de faire de beaux portraits.

    Je me suis inscrit sur des forums et ai cherché à progresser. J'ai fini par me procurer un OLYMPUS E-3 d'occasion en 2011. Il avait alors 6400 déclenchements. Il en a un peu plus de 25 000 aujourd'hui. Il s'agissait d'un appareil sorti en 2008, en gamme professionnelle, 4/3, bien sur. Il était accompagné du fabuleux Zuiko digital SWD 12-60 mm  1:2,8-4, d'occasion également. Cet objectif au piqué remarquable et à l'autofocus ultra rapide est devenu mon objectif principal et l'est resté, même aujourd'hui avec mon nouvel appareil.

    L'image a été prise dans la chambre d'hôtel à Buenos-Aires, au départ de ma virée en Antarctique. Le E-3 avec son 12-60. A droite, le tout petit et encore excellent Zuiko 50 mm 1:1,8 argentique, que je peux toujours utiliser grâce à une bague adaptatrice sur les appareils numériques.

    Olympus E-3

    Et derrière, le Zuiko ED 70-300 à droite et le 50-200 SWD à gauche. Je suis un peu déçu par ce 70-300, peu lumineux, à l'autofocus lent qui "patine" souvent... et parfois ne trouve pas la cible. Il est vrai qu'un équivalent 600 mm pour le prix modique qu'il faisait neuf, c'était difficile de trouver plus abordable. J'ai donc fini par compléter ma gamme par un Zuiko digital SWD 50-200 1:2,8-3,5, alter-ego du 12-60. Lui aussi est doté d'un autofocus ultrasonique hyper rapide, il est lumineux (équivalent 400 à 1:3,5 !) et doté d'un excellent piqué. Je délaisse peu à peu le 70-300, en sachant que le crop d'une photo prise au 200 est de meilleure qualité qu'une prise au 300, en ramenant la focale à équivalence !

    Je fonctionne donc principalement avec 12-60 & 50-200.

    Je tiens à souligner l'intérêt d'un forum comme le FOF (Forum Olympus France) où on trouve une multitude de conseils et de tutos précieux, mais aussi où les critiques constructives et les échanges la plupart du temps courtois permettent de progresser rapidement. De plus, on trouve, comme sur tous les forums, une rubrique ECHANGE-BONS PLANS où on peut acheter ou revendre du matériel un peu ancien en très bon état et en toute confiance. Le lien vers le forum est disponible dans les menus à gauche.

    Peu de temps avant l'achat du E-3, je suis passé au traitement des mes clichés RAW. Je ne fais plus du tout de JPG direct. Je trouve enfin un confort satisfaisant avec cette technique. J'ai débuté avec Rawtherapy, pour voir, puis je me suis décidé à acheter Bibble après la lecture du numéro spécial RAW de "Compétence photo" en 11/2011. Malheureusement Bibble a mal tourné, vendu à Corel sous le nom d'After-Shot-Pro il s'est mis à végéter n'évoluant plus et n'acceptant pas les nouveaux boitiers. Je ne l'ai donc pas renouvelé et suis passé à Lightroom, comme tout le monde... Il semblerait que Corel se soit décidé récemment à relancer le produit ? Je reste avec Lightroom.

    J'ai possédé un moment un petit Olympus X-Z2, compact expert qui m'a permis d'accéder à la vidéo en full HD. Je lui avais ajouté un viseur à la place du flash. C'était un bon petit appareil avec un capteur moderne qui m'a permis de faire quelques images intéressantes et surtout de la vidéo, absente du E-3.

    Olympus X-Z2

     

     

     

     

     

      Document Olympus

     

     

     

     

     

     

     

     

      Mais il a été accidenté et détruit.

    En 2015, j'ai à nouveau franchi le pas. J'ai fini par remplacer mon E-3 vieillissant par le superbe Olympus OMD-EM1 avec son capteur moderne, sa stabilisation 5 axes très performante, sa vidéo ff et c'était le seul capable de continuer à faire fonctionner le 12-60 et le 50-200. Sa montée en isos est étonnante (regardez mes images de Fontfroide à 4000 isos ici ! )

    OMD-Em1

    Avec le grip qui contient une deuxième batterie, ce qui n'est pas du luxe et le petit Olympus Digital EZ-12-50 mm 1:3,5-6,3 très agréable en vidéo.

    OMD-Em1

     Comme il est plus petit et plus léger que le E3, j'ai le réflexe (le reflex !) de le prendre avec moi dès que je sors de la maison. Ce qui m'a permis de prendre des photos au vol et de moins rater d'opportunités que par le passé !

    Pour finir, voici deux photos faites en Antarctique, la première par Claudia, avec qui nous avions sympathisé au cours du voyage. Le site de Claudia Masur

    Je suis en train de viser deux manchots avec le E3 et le 50-200.

     50 ans de photos !

    Et la deuxième par Anne, je suis avec le E3 et le 12-60.

     50 ans de photos !

     

     

     

    Flambé »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :