• Mycènes, 6 mai 2016

    Selon Homère, cette colline rocailleuse reste à jamais hantée par le souvenir de la famille des Atrides.

    Agamemnon, fils d'Atrée, roi de Mycènes était le chef des grecs qui assiégèrent Troie.

    Il sacrifia sa fille Iphigénie afin d'apaiser la colère de la déesse Artémis et obtenir des vents favorables pour partir vers Troie.

    A son retour, il fut assassiné dans son palais par sa femme Clytemnestre aidée par son amant Egisthe.

    Oreste, fils d'Agamemnon et de Clytemnestre, frère d'Iphigénie et Electre, tua sa propre mère et Egisthe avec l'aide de sa sœur Electre...

    Tous ces braves gens habitaient le palais au sommet de la colline au XIIIème siècle avant J.C.

     

    Mycènes

    Le puissant rempart a été construit à partir de 1350 avant J.C.  Son épaisseur varie de 3 à 8 mètres.

    La porte du lion fut percée un peu plus tard à l'aide de gros blocs soigneusement appareillés en assises plus ou moins régulières.

     Porte du lion

     

    Porte du lion

    On trouve partout le nom de porte des lions. En fait, il s'agit d'un seul fauve représenté sous deux angles différents pour reconstituer la vision complète, selon une technique qui sera utilisée... quelques années plus tard... par un certain Pablo Picasso !

    Porte du lion

    A l'intérieur du mur d'enceinte se trouve le cercle de tombes  royales. Lors des fouilles de 1876, l'archéologue Heinrich Schliemann découvrit les 6 tombes royales contenant 19 squelettes et les trésors qui avaient été déposés en offrande aux morts.

    Une grande partie de ce trésor se trouve réparti entre le musée de Mycènes et le grand musée national d'Athènes.

    Cercle de tombes

    La plus célèbre est la tombe 5 attribuée à Agamemnon.

    Cercle de tombes

    On accède au palais des Atrides par une large rampe donnant accès à l'escalier principal. De ce palais, construit au XIVème siècle avant J.C. n'apparaît plus que le plan d'ensemble que l'on essaie de déchiffrer sur le sol caillouteux.

    Palais des Atrides

    A l'extrémité occidentale de l'acropole on découvre un passage souterrain qui passe sous le front nord du rempart pour atteindre une citerne secrète, alimentée par une source à 12 mètres de profondeur.

    Accès vers la citerne

    La poterne nord, beaucoup plus simple que l'entrée majestueuse...

    Poterne nord

     ... est doublée un peu plus loin par une autre poterne secrète.

    Sortie secrète

     En dehors de l'enceinte monumentale, un deuxième cercle de tombes a été identifié plus récemment. A 500 mètres du site, en contrebas, une série de tombeaux à coupole sont identifiés.

    La plus fastueuse des sépultures mycéniennes est connue sous le nom de trésor d'Atrée.

    Il comporte un vaste corridor taillé dans le roc qui conduit à une porte monumentale couverte par un linteau formé de deux énormes blocs.

    Corridor du trésor d'Atrée

     On pénètre dans une salle circulaire (tholos) en forme de ruche , haute de 13,20 m sur 14,50 m de diamètre. La coupole est formée de 33 assises annulaires d'inégales hauteurs disposées en encorbellement formant une courbe parabolique.

    Coupole de la salle circulaire

     Au musée attenant au site, on retrouve les trésors découverts dans les différentes tombes.

    Les statuettes caractéristiques de l'époque mycénienne : en forme de φ (représentant la fécondité, bras croisés sur le ventre) et Ψ (invocation vers une divinité)

    Phi & Psi

     Un vase décoré évoquant un poulpe

    Vase au poulpe

    Et la parure funéraire dite "Masque d'Agamemnon" C'est une feuille d'or travaillée au repoussé et par incision. Les yeux sont fermés et traités en grain de café, les oreilles sont stylisées et traitées en double-volutes, tandis que la moustache et la barbe, encadrant une bouche rectiligne, sont incisées avec précision.

    Un pectoral, en forme de trapèze marqué par deux cercles pointés figurant les aréoles mammaires, recouvrait la poitrine. Un motif de spirales enchaînées emprunté à l'art cyclado-minoen marque le pectoral. Le matériau, pérenne, a la volonté de protéger en même temps la dépouille du défunt.

    Masque & pectoral

    Les photos du musée sont bien entendu réalisées sans flash et à travers les vitres protectrices...

     

    « Némée, 6 mai 2016Argos, Lerne, Tirynthe, 7 mai 2016 »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    3
    Jeudi 16 Juin 2016 à 10:19

    J'y suis passé il y a une trentaine d'années lors d'un [pseudo] séminaire de formation.  merci de raviver mes souvenirs !

    2
    Pat
    Jeudi 9 Juin 2016 à 21:07

    Bjr , un trés beau site !! on se représente un peu plus cette civilisation ! fabuleux se masque en or !! on pourrait penser que la feuille fut appliqué sur le visage pour lui faire prendre les formes  - Bonne semaine

    1
    Jeudi 9 Juin 2016 à 13:33

    merci pour cette découverte pour moi  ! et une sacré histoire à lire !!   de superbes photos qui montrent bien ces gros pierres

    et superbes constructions qui date de  ++++  d'année....  !!! le vase et +++   merci pour tes coms sympa  et visites et +++   bel am  A+   

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :