• Saint-Cirgues en Montagne - Lanarce.

    Distance : 17,8 km  Dénivelé : + 600 mètres  -476 mètres  Durée 5 heures (plus un arrêt prolongé à l'abbaye)

    Au départ de Saint-Cirgues en Montagne, il pleut. Très vite, nous retrouvons la cadence et nous découvrons les ruines de l’Abbaye de Mazan.

     

    • En 1119, l'évêque de Viviers, Léger ou Leodegarius, est sollicité par des hommes désireux de vivre une vie érémitique et cherchant un lieu propice à cette vie. La terre dite « Mas d'Adam » (qui sera au fur et à mesure contracté en « Mazan ») appartenant à Pierre Itier, seigneur de Géorand, et père de Pierre Itier, chanoine de la cathédrale, leur est donnée. Ce dernier a quitté la cathédrale pour se joindre aux ermites. La construction du monastère a alors commencé ;
    • Après s'être installés au mas d'Adam, pour une raison inconnue, les ermites se sont rendus à la fin de 1121 à l'abbaye de Bonnevaux de l'ordre cistercien où ils ont fait profession. Amédée d'Hauterive  a été envoyé à Mazan pour organiser le domaine de l'abbaye. Douze moines sont alors revenus de l'abbaye de Bonnevaux à celle de Mazan, sous la conduite de Pierre Itier, en 1123. L'église abbatiale de Mazan a alors été consacrée par l'évêque de Viviers en juillet de la même année et la charte de fondation de l'abbaye date de la même année. Il est probable que l'église construite par l'évêque de Viviers entre 1119 et 1123 n'est pas l'abbatiale dont il reste des vestiges et qui a probablement dû être construite vers 1140-1150. Les bâtiments monastiques ont été construits entre les années 1136 et 1217.

      Prospérité

    L'abbaye a acquis des terrains dans le val d'Itier, affluent de la Loire, et la vallée de Vauclare, affluent de l'Ardèche. L'accroissement du domaine foncier de l'abbaye a été très rapide. Presque tous les grands seigneurs de la région ont fait des dons à l'abbaye. L'abbaye croît rapidement, au point de fonder trois abbayes-filles et d'en affilier une autre du vivant même du premier abbé. C'est tout d'abord l'abbaye de Sylvanès, vers 1132 ; en 1136, l'abbaye de Florièyes s'affilie à Mazan, qui y envoie une douzaine de moines ; quelque temps après, cette dernière fondation décide de se déplacer d'une vingtaine de kilomètres et de fonder l'abbaye du Thoronet ; en 1148, c'est au tour de l'abbaye de Sénanque d'être fondée et rattaché à Mazan ; enfin, entre 1147 et 1161 est fondée l'abbaye Notre-Dame de Bonneval. L'abbaye, à la suite de nombreux dons et legs de seigneurs voisins, agrandit également considérablement ses possessions aux XIIe et XIIIe siècles, en construisant ou acquérant des granges.. En 1217, le pape Honorius III publie une bulle de privilèges énumérant ses possessions et montrant avec quelle rapidité elle les avait augmentées et prend l'abbaye sous sa protection, la soustrayant à la juridiction de l'évêque de Viviers.

    En 1285, le sénéchal de Beaucaire, Garin d'Amplepuys, fonde avec Foulques, abbé de Mazan, le ville de Villeneuve-de-Berg sur un territoire qui appartenait à l'abbaye de Mazan.

    Ce patrimoine important est source de convoitise lors des périodes de trouble, et les moines sont forcés de construire des fortifications pour s'abriter des pillards de la guerre de Cent Ans.

      Le déclin

    À partir de 1469, l'abbaye de Mazan, comme l'immense majorité des abbayes européennes, tombe sous le régime de la commende : l'abbé n'est plus un moine mais une personne extérieure, ne se préoccupant pas de la règle, mais uniquement des revenus de l'abbaye. Ce régime entraîne dans tous les lieux où il est appliqué une décadence plus ou moins rapide ; c'est le cas à Mazan, où la commende entraîne une très nette baisse de la ferveur religieuse, mais aussi une rapide décrépitude des bâtiments. En 1661, une douzaine de moines seulement vivent dans l'abbaye ; ce nombre est tombé à six lorsque la Révolution française ferme définitivement le monastère en 1790, qui, comme beaucoup d'autres maisons religieuses, devient une carrière de pierres.

      Dégagement des ruines et restauration

    Dans l'article écrit en 1858 pour le Congrès archéologique de France, l'architecte Raymondon s'inquiète de l'état d'abandon de l'abbaye. L'abbatiale est encore voûtée, mais déjà sa couverture avait été enlevée et il craignait que la ruine de l'église arrive rapidement si rien n'était fait. L'église a pourtant été classée dès 1847, mais elle a été abandonnée comme église paroissiale en 1843 et une nouvelle église avait été construite vers 1845 en réutilisant les pierres de l'abbaye.

    Ce n'est qu'après la visite du site par l'ancien préfet de l'Ardèche organisée par la Société de sauvegarde des monuments de l'Ardèche que date la prise de conscience de l'intérêt de la sauvegarde du site. Les premiers travaux importants de dégagement du site ont été entrepris durant l'état 1966-1967 sous la direction de l'architecte en chef des monuments historiques, M. Rochette. Ces premiers travaux ont mis en évidence la similitude de style et de technique des abbayes de Mazan, Sénanque et Le Thoronet ce dont se doutait déjà Marcel Aubert quand il écrivait en 1943 au sujet de l'abbatiale de Mazan : « Les ruines de l'église servent depuis un siècle de carrière aux habitants, et si l'on n'y prend garde, il ne restera bientôt plus rien de cet important édifice, qui paraît avoir eu une grande influence sur certaines de ses filles, notamment Le Thoronet et Sénanque ».

    Wikipedia

    Arrivée sur l'abbaye

     

    Intérieur de l'enceinte

    L'abbaye constitue un hameau au creux du vallon, entouré de bois. 

    Le cimetière

     Nous poursuivons la visite sous la pluie, ce qui nuit à la qualité des photos...

    Eglise abbatiale

     

    Eglise abbatiale

     

    Intérieur de l'abbatiale

     

    Cloître

    Malgré l'état de ruines, l'ensemble de la construction apparait d'une grande solidité. Seulsl, le pillage et le vandalisme a pu, peu à peu en venir à bout. 

    Cloître

     

    Abbaye de Mazan

     

    Abbaye de Mazan

     Granit et scories soudées d’origine volcanique livrent une construction toute en polychromie.

    Abbaye de Mazan

     

    Abbaye de Mazan

     

    Abbaye de Mazan

     

    Abbaye de Mazan

     

    Abbaye de Mazan

     

     


    votre commentaire