• Souvenirs de l'ancien blog

    Pendant trois ans j'ai tenu un blog de photos centré sur la Provence et les Baronnies.

    J'ai utilisé Blogger, proposé par Google, qui fonctionnait très bien, jusqu'au moment où les conditions générales d'utilisation de Google ont changé et me sont devenues insupportables....

    J'ai alors fermé mon compte, ma boite mail et mon blog.

    Aujourd'hui, je repars sur de nouvelles bases, chez un nouvel hébergeur.

    Je vais publier quelques anciens posts qui étaient visibles sur Blogger, et en même temps, je vais continuer mon activité de photographe amateur sur les mêmes itinéraires.

    Bonne visite !

  • J'ai publié la première fois cet article sur Blogger début 2014.

    Je croyais l'avoir rapatrié sur Eklablog, mais je m'aperçois que je l'avais oublié.

    J'en ai profité pour reprendre le développement des photos et me permets de le présenter à nouveau ici.

     

    En mai 1720, la « Grande Peste » fut apportée, à Marseille, par le navire Le Grand Saint-Antoine dont l’affréteur, l’échevin Estelle, malgré un décès suspect signalé par le capitaine voulut absolument débloquer sa cargaison pour commercialiser ses soieries à la foire de Beaucaire, qui débutait le 20 juillet. La peste ne fut officiellement déclarée que 67 jours après l’arrivée du navire.

     

    En mars 1721, pour limiter la propagation de la maladie que les restrictions de circulation ne parviennent pas à contenir, le royaume de France, les territoires pontificaux d'Avignon et du Comtat Venaissin décident de se protéger par une ligne sanitaire matérialisée par un mur de pierres sèches entre la Durance et le Mont Ventoux et gardé jour et nuit par les troupes françaises et papales empêchant tout passage. Les habitants furent ainsi réquisitionnés pour son édification, le mur devait empêcher toute relation entre le Comtat Venaissin et le Dauphiné encore épargné.

     

    S'étirant sur 27 kilomètres dans les Monts du Vaucluse, il est bâti en pierres sèches. Le long de ce mur, des guérites accueillaient des gardes.

    Pour en savoir plus, voir l'article de Wikipedia

     

    Le mur de la pesteGardé en permanence entre Cabrières et Monieux pendant 15 mois par la troupe, ce mur a été efficace puisque la peste a été cantonnée au sud de cette barrière.

    En revanche, sur la rive droite du Rhône, l'Ardèche a été contaminée. Le mur de la peste Borne de signalisation contemporaine du mur, destinée à avertir et éloigner tout passant aventureux

    Le mur de la peste

     Un chemin suit le mur tout le long de son parcours.

    Régulièrement, des abris construits en pierres sèches accueillaient la troupe qui avait pour consigne de tirer sur tout individu qui tentait de passer de l'autre côté.

    Le mur de la peste

    Ces abris sont étroits et peu confortables, peu profonds, peut-être pouvaient-ils tout juste protéger un peu contre le vent et la pluie...

    Le mur de la peste

    Après la fin de l'épidémie, une partie du mur a été détruite et les pierres utilisées pour la construction des maisons. Depuis 1986, une association a entrepris de le restaurer et le protéger.

    Le mur de la peste

    Cette portion du mur se situe à proximité de Lagnes

    Le mur de la peste

     

    Le mur de la peste

     

     

     

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique