• Dans les petits restaurants locaux, il n'est pas rare de voir une cage à cochons d''inde. Ces petits animaux sympathiques représentent en effet un met de choix pour les péruviens.

    Deux d'entre nous ont voulu y gouter... Ce n'est pas facile de savourer cette viande avec les animaux vivants deux mètres à côté de la table... J'avoue avoir goûté deux bouchées pour voir... et c'est excellent ! Mais ce fut la première et la dernière fois, car cela reste difficile à mon avis !

     

    Pisac

     Après notre repas à Pisac nous traversons les rues étroites de la ville...

    Pisac

    ... où parfois une belle porte sculptée orne les façades tristes et rudimentaires.

    Pisac

     

    Pisac

     Nous rejoignons notre minibus. C'est l'heure du retour en classe.

    Pisac

    Les écolières et écoliers sont tous en uniforme, ils ont l'air plutôt gais. Je reparlerai des écoles plus tard.

    Pisac

    Après un parcours chaotique sur une piste de montagne, nous arrivons près des salines de Maras.

    Maras

    Il s'agit d'une installation en pleine montagne, à 3 200 mètres d'altitude, de récolte du sel à partir d'une source chaude et donc salée, située un peu plus haut.

    Maras

    Une multitude de petits bacs reçoivent l'eau. Le soleil cogne dur et l'évaporation est rapide. Les bacs sont remplis 6 ou 7 fois et le sel  se concentre. La couleur change avec la densité.

    Maras

    La gravité conduit l'eau de haut en bas des bacs.

    Maras

     L'installation date d'une civilisation pré-inca. Elle répond au besoin en sel, compte-tenu de l'éloignement de la mer dans ces montagnes.

    Maras

    Aujourd'hui, l'activité est maintenue par un groupe de 700 familles groupées en coopérative, qui se partagent les 3 600 bassins.

    Maras

     L'altitude renforce le rayonnement du soleil. On imagine les difficultés du travail de récolte dans ces conditions.

    Maras

     De près, le paysage semble figé. Le sel déborde de partout.

    Maras

    La production annuelle totale oscille entre 160 et 200 tonnes de sel.

    Maras

     

     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires