• Le lendemain matin, nous partons tôt vers le Parc National du Huascaran, en minibus.

     

    Huaraz et le Huascaran

    A la sortie de Huaraz, le Nevado Huascaran se dresse en face de nous. Avec ses 6 768 mètres, c'est le point culminant de la Cordillère Blanche et le plus haut sommet du Pérou.

    Cordillère Blanche & Huascaran

    En fait, il s'agit de deux sommets, le plus haut, le Huascarán Sur (sud) à 6 768 mètres est séparé par le col de la Garganta du Huascarán Norte (nord), moins élevé et d'une altitude de 6 655 mètres.

    Huascaran

    C'est un bloc de granit de l'époque tertiaire. Bien entendu, nous nous contenterons de l'admirer d'en bas. Sa première ascension date de 1932. Derrière lui, à gauche, le Chopicalqui, 6 354 m.

    Maïs et figuiers de barbarie

    Nous continuons la vallée de la rivière Santa. Les cultures sont nombreuses, alors que nous sommes à environ 2 500 mètres.

    Vallée de la Santa

     

    Ricin

     

    Passiflore

    Le 11 janvier 1962, durant une phase de dégel, une partie du sommet nord s'est rompue, entraînant une avalanche de roches et de glace qui a détruit une dizaine de villages, dont celui de Ranrahirca, et a provoqué la mort d'environ 3 500 personnes.

    Le 31 mai 1970, un violent tremblement de terre de magnitude 7,8 au large de la ville de Chimbote a causé l'éboulement d'une énorme quantité de granite et de glace dans des lacs à proximité du glacier Huascarán. Le débordement des lacs a provoqué la formation d'une lave torrentielle qui a enseveli dix villages et une grande partie de la ville de Yungay. 18 000 à 22 000 personnes ont été tuées dans l'une des pires catastrophes naturelles que connut le Pérou au cours du XXe siècle. Il n'y eut que 400 survivants. La ville a été ensevelie par une coulée de glace et de roches d'une épaisseur de 12 à 30 mètres qui a dévalé dix kilomètres en trois minutes. Le mouvement de masse a aussi détruit pour la seconde fois le village de Ranrahirca. La ville de Yungay a été reconstruite plus haut, à 2 km de là et à l'écart du Huascaran. L'ancien site est devenu cimetière national. Seul le clocher de la cathédrale dépasse et trois palmiers de la place sont restés debout (Wikipedia)

     Yungay

    Le site enseveli de la ville est devenu un Campo Santo. Il est interdit d'y creuser et seule, la visite du cimetière est autorisée.

    Un monsieur âgé vient nous montrer un album photos réalisé dans les jours qui ont suivi la catastrophe. Il est l'un des 400 survivants qui ont échappé à l'ensevelissement.

    Nous restons un moment sur place à essayer d'imaginer la catastrophe dont nous n'avions jamais entendu parler en Europe...

    Yungay : Campo Santo et mémorial

    La route continue mais nous quittons la rivière Santa pour monter à droite vers le Parc National.

    Quebrada Llanganuco

    Nous atteignons l'entrée du parc.

    Parc du Huascaran

     La route devient une piste qui monte longuement entre deux parois de granit.

    Parc National du Huascaran

     

    Parc National du Huascaran

    L'environnement est austère et très impressionnant.

    Parc National du Huascaran

     

    Parc National du Huascaran

     

     

     

     

     


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires